Du Ladakh au Spiti : les derniers nomades

Les hauts plateaux du Changtang, à deux pas du Tibet, offrent aux quelques voyageurs qui s’y aventurent une approche préservée de l’Himalaya. Longtemps, sur ce plateau déjà tibétain, le nomadisme a été le seul mode de vie possible. Dans les pas des derniers nomades qui peuplent encore le Rupshu, notre trek en Inde nous emmène des rives de l’immense lac Tsomoriri jusqu’à la vallée retirée du Spiti.
img-article © Alexandre Choquette
  • Partager :
Inde: Du Ladakh au Spiti : les derniers nomades
  • À partir de
    5800.00$ au départ de Leh
  • Groupes
    de 10 voyageurs max.
  • Confort
    Confort 03 Rustique
    • Des nuits sous tente sauf celles hors trek où nous privilégions de charmantes auberges.
    • Repas d’expéditions avec cuisinier ou plat lyophilisé.
    • Participation souvent requise pour le montage/démontage et préparation des repas selon la composition de l’équipe.
    • Douches rares en trek.
  • Effort
    Effort 04 Engagé
    • Effort intense et prolongé sur de longues randonnées en autonomie. 7 à 8h de marche par jour, ou plus à l’occasion.
    • Pas de difficulté technique prévue, bien que possible. Les dénivelés peuvent être importants.
    • L’altitude est un facteur déterminant.
    • Possibilité de porter son sac durant quelques jours.
  • Activités
    • Découverte & Balade
      Découverte & Balade
    • Trek & Randonnée
      Trek & Randonnée

Détails du voyage

  • Région :
    Ladakh – Lac Tsomoriri- Spiti - Changtang
  • Activités du voyage :
    • Découverte & Balade
    • Trek & Randonnée
  • Durée de ce voyage :
    • 26 jours
    • de Montréal à Montréal
  • Période :
    • Juin à Septembre
  • Tarifs du voyage :
    À partir de 5800$, au départ de Leh Détails des prix
  • Supplément petit groupe :
    • 5 à 6 participants : 400$

Dates des voyages Au départ de Montréal

  • Confirmé
    Du 29 Juin 2024 au 24 Juillet 2024

CONFERENCE

Revoir notre conférence sur l'Himalaya 

ICI

Bloc vidéo

  • Du Ladakh au Spiti : les derniers nomades

Laissez-vous transporter par ce voyage au Ladakh …

... lors d’un trek du Lac Tsomoriri au Spiti.
 
Les hauts plateaux du Changtang, à deux pas du Tibet, offrent aux quelques voyageurs qui s’y aventurent une approche préservée de l’Himalaya. Longtemps, sur ce plateau déjà tibétain, le nomadisme a été le seul mode de vie possible. Dans les pas des derniers nomades qui peuplent encore le Rupshu, notre trek en Inde nous emmène des rives de l’immense lac Tsomoriri jusqu’à la vallée retirée du Spiti.
 
Au départ de Leh, nous nous acclimatons quelques jours en visitant les plus beaux monastères de la vallée de l’Indus. Puis, notre trek  débute au lac Tso Kar, nous formons une longue caravane avec nos mules, le trek se déroulant en autonomie totale. Entre le lac Tso Kar et le Spiti, passé le village de Korzok, nous n’allons plus traverser aucun village avant le Spiti.

Il nous reste à franchir le Parang La, un haut col glaciaire qui est plus un challenge pour les mules que pour nous. Ce col était autrefois celui qu’empruntaient les nomades pour rallier le Spiti. Nous basculons d’un monde à l’autre pour atteindre cette vallée riche en monastères.

Nous arrivons émerveillés au village de Kibber, au milieu des champs d’orge et de blé. Les monastères du Spiti sont d’une richesse incomparable dans tout l’Himalaya, et nous prenons donc le temps de les visiter tranquillement avant de reprendre la route pour Manali, toujours plus au Sud.

Un beau trek du Ladakh au Spiti qui dévoile toute l’immensité himalayenne, dans une ambiance secrète et intime.
© monastères ladakhi
L'esprit - Montagne & Volcan

L'esprit

Une bonne acclimatation et le choix d’une traversée Nord - Sud

L’altitude est un élément très important dans cette région du nord de l’Inde. Chaque été les voyageurs qui franchissent le Parang La ont le choix entre une traversée depuis Leh et le Nord vers le Spiti (ce que nous faisons), ou bien dans l’autre sens, depuis le Spiti vers le Ladakh. Partir du Nord présente selon nous que des avantages :

L’acclimatation se fait déjà à Leh qui est à 3 500m d’altitude. Ensuite, le trek est presque plat entre le lac Tsomoriri et le troisième camp, ce qui favorise considérablement l’acclimatation.
Nous avons pu vérifier lors de nos voyages que l’itinéraire est parfaitement adapté, puisque personne n’a souffert fortement du mal d’altitude (excepté les maux de tête classiques).

Itinéraire : le choix d’une traversée Nord – Sud :
Outre les avantages liés à l’acclimatation, nombreux sont les avantages engendrés par le choix d’une traversée Nord - Sud : tout d’abord le trek débute à Leh, qui est de loin le site le plus touristique de ce voyage en Inde. Autant débuter ainsi et partir vers les immensités solitaires, plutôt que d’y arriver en fin de voyage ! Ensuite, le trek assez plat entre le lac Tsomoriri et le Parang La, vient ici en début de trek, ce qui est préférable à tous points de vue.
De plus les paysages sont plus beaux si on les parcourt du Nord au Sud, avec de nombreux sommets en toile de fond. Enfin, terminer le voyage « crescendo » avec le passage du Parang La : comme une récompense en fin de trek.

Pour terminer la liste de ces avantages, sachez que les monastères du Spiti sont bien plus authentiques et moins fréquentés que leurs cousins Ladakhis. Les paysages sont très arides pendant tout le trek. L’arrivée sur Manali en fin de voyage nous permet donc de profiter d’autant mieux de sa végétation !
© Trek au Ladakh
L'immersion - Montagne & Volcan

Les points forts de ce trek en Inde, du Ladakh au Spiti

  • Lors de ce trek au Ladakh, vous bénéficiez d'un hébergement de charme à Leh
  • Acclimatation très progressive à l’altitude
  • 16 jours de trek en Inde consécutifs avec une équipe de muletiers (dont un jour d'acclimatation)
  • Un voyage au cours duquel vous rencontrez les nomades Changpas
  • Passage du Parang La, un col glaciaire à 5600 mètres, depuis le Nord
  • Au cours de ce voyage au Ladakh, vous visiterez les plus beaux monastères de l’Indus et du Spiti
  • Ce trek en Inde vous emmène faire une traversée de l’Himalaya, depuis le Ladakh jusqu’à Manali !
  • Un voyage accompagné par un guide Karavaniers francophone du Québec et un guide local

Niveau du voyage : engagé

Ce trek au Ladakh ne présente aucune difficulté technique majeure, mais s’adresse à des personnes motivées par l’effort et l’engagement. Une fois partis, nous ne pourrons pas faire demi-tour, ou difficilement ; les marches se déroulent sur sentier la plupart du temps, et le dénivelé est quasi nul pendant la première semaine de marche. Ensuite, avec le passage du col, le dénivelé positif n’excède jamais 1000 mètres par jour. Les étapes durent entre 4 et 8 heures par jour, avec une grosse étape d’environ 10 heures de marche pour le passage col Parang. Au rythme de la caravane des chevaux et gràce  à notre équipe locale, on pourrait dire de ce voyage "de la dolce vita dans l'aventure".
 
L’isolement total de cette région d’Inde du Nord et l’autonomie du trek le destinent à un public averti, qui a déjà pratiqué le trek avec nuits sous tentes. L’acclimatation à l’altitude est progressive mais il n’empêche que ce trek se passe constamment à plus de 4500 mètres d’altitude, ce qui le rend plus exigeant. Contactez-nous si vous avez le moindre doute sur votre niveau !

L’aventure limitée à 10 personnes

Notre choix s'est toujours porté vers la qualité plutôt que la quantité..

Nos petits groupes intimistes nous permettent des itinéraires plus ambitieux, plus respectueux de l'environnement et des populations locales. L'ambiance, l'esprit, le souci du détail, confortent nos différences que nous aimons cultiver dans le but unique de vous faire vivre la plus belle des aventures.

Seuls quelques rares itinéraires audacieux en logistique pourraient voir leur entité portée à plus de 10 personnes.

Intention d'itinéraire en Inde pour votre trek du Ladakh au Spiti

Cet itinéraire vous est donné à titre indicatif, et pourra être soumis à certains aléas de voyages comme les conditions climatiques ou d’autres contraintes locales. Le guide a toute autorité pour modifier le programme, toujours dans le but d’assurer votre sécurité et votre expérience de voyage.
 
Jour 1 et 2: Vol  Montréal / Delhi
Départ de Montréal, vol  pour Delhi . Arrivée en soirée à Delhi. Immigration puis bagages à l’arrivée. Dans la mesure du possible, nous éviterons la nuit à Delhi, en attérissant en fin de soirée le jour 2, nous restons quelques heures à l'aéroport pour prendre le 1er vol pour Leh tôt le matin du jour 3. Cela dépendra des horaires de vol. (dans le cas contraire, avec une arrivée plus tôt, transfert à l’hôtel de Delhi situé à proximité de l’aéroport. Les hôtels de la zone aéroportuaire sont de confort sommaire mais nous préférons la 1ère option pour ne pas perdre de temps en transferts).
 
Jour 3: Vol de Delhi à Leh (3500 m) en matinée. Après-midi libre - Nuit en maison d'hôte de charme dans les hauteurs de Leh (3500 m).
Transfert à l’aéroport domestique de Delhi, situé à proximité. Tôt en matinée, vol de Delhi à Leh, au- dessus de la grande chaîne himalayenne. Demandez un siège côté hublot : le vol est mémorable si la météo est bonne ! Transfert à l’écart de la ville dans une maison d'hôte de grand charme dans les hauteurs du centre.
Repos nécessaire et bien mérité. La journée est consacrée au repos pour favoriser une bonne acclimatation aux 3500 mètres d’altitude de la capitale ladakhi. Cela ne vous empêche pas de faire une courte balade dans le centre (une commande de taxi est fortement conseillée dans ce cas). Lors d’une calme balade vers le Main Bazar, nous sommes vite baignés dans l’atmosphère de la ville : la musique se dégageant du monastère, les villageoises vendant leurs légumes étalés sur le trottoir, les vendeurs kashmiri incitant à l’achat de châles de pashmina et la vue dégagée sur le sommet enneigé du Stok Kangri dominant fièrement du haut de ses 6100 mètres. Souper et nuit en maison d’hôte à Leh.
 
Jour 4: Découverte culturelle des monastères bouddhistes de la vallée Est - Nuit en maison d'hôte de charme dans les hauteurs de Leh (3500 m)
Cette journée est une véritable introduction dans le monde du bouddhisme tibétain et nous permet également de parfaire tranquillement notre acclimatation à l’altitude. 
Dans la matinée, nous partons à la découverte des monastères de la vallée Est de l’Indus. Les différentes écoles du bouddhisme abondent dans la vallée de l’Indus et nous pourrons découvrir entre deux et trois monastères aujourd’hui. Nous commençons par le très photogénique monastère de Tiksey, qui signifie « sommet du trône », appartenant à l’école Gelukpa, une école réformée qui apparut au 15ème siècle suivant la réforme radicale de Tsongkhapa. Nous poursuivons ensuite par la visite d’un ou deux monastères, semi-réformés parmi lesquels se classent plusieurs écoles, les Kagyupa, les  Sakyapa,… ou non-réformés avec le seul et unique monastère du Ladakh appartenant au Nyingmapas. Retour à Leh. Le Ladakh offre de beaux monastères à l’architecture typique. Souper et nuit en maison d’hôte.
 
Jour 5: Découverte culturelle des monastères bouddhistes de la vallée Ouest - Nuit près du petit village de Yangthang (3700 m) - 4-5 heures de marche
Réveil matinal et déjeuner chez Lobsang. Toujours afin de favoriser notre bonne acclimatation à l’altitude, cette journée sera consacrée à la découverte culturelle des monastères bouddhistes situés à l’Ouest de Leh. Nous prenons la route en direction de l’ouest de la vallée de l’Indus pour une première immersion dans l’atmosphère minérale du Ladakh. Après avoir observé la confluence entre le Zanskar et l’Indus, nous ferons le choix de ne pas nous rendre jusqu'au monastère de Lamayuru, pour éviter une trop longue route. Le monastère de Rizong, en contre-bas du village de Yangthang (environ 2-3h de route depuis Leh), n'en est pas moins intéressant : Rizong ("forteresse de la montagne") est dissimulé au fond d'une étroite vallée, sur une paroi abrupte.
Nous ne serons pas loin non plus du fameux monastère de Likir, que nous découvrirons ce jour-là où le lendemain sur la route retour vers Leh.
Nuit près du village de Yangthang (en campement ou en guesthouse).
 
Jour 6: Marche autour de Rizong et retour vers Leh - Nuit en guest house de charme dans les hauteurs de Leh (3500 m). 4-5 heures de marche
Autre journée de mise en jambe, dans cette vallée fertile, dominant l’Indus, où les champs d’orge donnent au paysage des couleurs chatoyantes. En chemin, nous pourrons rencontrer les ladakhis qui cultivent leur lopin de terre grâce à un admirable travail d’irrigation. Retour possible à pied vers Yangthang, où l'on rejoint la route et retour vers Leh. Visites possibles des monastères d'Alchi et de Likir ce jour-là.
Nous rejoignons le très touristique mais incontournable monastère d’Alchi. Tombé aux oubliettes pendant des siècles, ses peintures d’origine, datant des 11ème et 12ème siècles, ont été préservées des rénovations. Fondé par un disciple de Rinchen Zangpo, surnommé le ‘Grand Traducteur’ et formé au Cachemire voisin, les peintures reprennent le style et la finesse des traits des artistes Kashmiri ; unique dans la vallée. N’oubliez pas vos lampes frontales ! Nous poursuivons notre journée de visites pour découvrir d’autres exemples d’art bouddhiste tibétain moins connus des grands axes touristiques

Puis cette fin d’après-midi à Leh car demain  nous partons pour le Rupshu. Souper et nuit en maison d’hôte à Leh.
 
NOTE : nous nous réservons la possibilité d'échanger ou de modifier un de ces 3 jours à Leh si nos dates tombent en période de festival monastique, de visite du Dalaï Lama, ou autre évènement majeur, afin que nous puissions y assister également.

Jour 7: Route de Leh vers lac Tso Kar – Rumtse (4227 m), nuit sous tente
Début des nuits en campement. Départ en matinée pour l’est de la vallée de l’Indus, en direction du Tibet. Nous empruntons la route Leh-Manali qui longe l’Indus par des gorges resserrées où le paysage est magnifique. Nous pourrons nous poser à Upshi pour prendre un thé. Petites randonnées d’acclimatations en après-midi autour de Rumtse et en hauteur vers les shortens. Souper et nuit au camp.

Jusqu’à la fermeture des frontières entre le Tibet et l’Inde, les nomades du Rupshu allaient chercher le sel au Tibet et le revendaient dans l’ouest himalayen. Lorsque la frontière fut fermée, les Changpas découvrirent comme par miracle qu’il y avait un lac salé au Rupshu ! Depuis, les nomades convergent vers le lac au mois de septembre avec leurs moutons et leurs chèvres. 

Jour 8: Rumtse – Nuruchan (4637 m) par le Tanglang La (5310 m), nuit sous tente
Départ en matinée. Nous quittons l’Indus, et la route commence à s’élever sérieusement. Les lacets se font de plus en plus nombreux, et bientôt la route rejoint les nuages à l’approche du Tanglang La. Ce col, le deuxième plus haut col carrossable du monde à 5310 mètres d’altitude, nous permet de nous acclimater selon l’adage : « monter haut, dormir bas ». Ambiance garantie au col, mais pas trop d’efforts tout de même car nous poursuivons sereinement notre acclimatation.
La piste replonge ensuite, piquant vers le sud jusqu’à Pang, avant de bifurquer plein est en direction du lac Tso Kar par une bonne piste. Nous découvrons le lac Tso Kar, perdu au milieu des hauts plateaux tibétains, dans un paysage ouvert dominé par des montagnes enneigées. Un camp permanent se trouve auprès du lac, nous l’évitons pour nous installer sur un site plus calme à proximité du lac. Nous sommes ce soir 1000 mètres plus haut que à Leh. Les effets de l’altitude se font donc sûrement sentir cette nuit ou demain. Évitez les efforts trop importants. Nous resterons donc deux nuits à Nuruchan.

Jour 9: Marche d'acclimatation autour du lac Tso Kar, village de Thukje (4500m). 2/3h de marche [+/-200m]
Journée volontairement calme pour favoriser notre acclimatation ainsi nous faisons une partie de chemin en jeep. Nous visitons le village nomade de Thukje qui est tout simplement déserté en période estivale. Nous pourrons tout de même visiter son petit temple dédié à Avalokestheshvara, le bodhisattva de la compassion. Balades autour du lac Tso Kar et rencontres avec les nomades s’ils ont établi des camps autour du Tso Kar. Souper et nuit au camp.


Les nomades Changpas vivent sous des tentes noires imperméables en laine de yak. Ils ne possèdent que leurs troupeaux de yaks, de chèvres et de moutons et tirent le plus clair de leur revenu de la laine. Des basses vallées, ils vont chercher des céréales, des étoffes, des épices, du sucre… En échange, ils apportent le sel, le beurre, le fromage, la viande, mais surtout la laine de leurs bêtes. Le duvet récolté entre les longs poils des chèvres, appelé pashmina, est descendu jusque dans la vallée du Kashmir, où il est admirablement tissé et vendu très cher en Occident ! Si nous ne rencontrons pas les nomades dès la région du Tso Kar, nous aurons l’occasion de les rencontrer dans quelques étapes. Il est souvent possible d’observer des oies et des canards sur les rives du Tso Kar, qui une fois la saison estivale terminée, redescendent dans la plaine indienne. Très fréquemment galopent autour du Tso Kar de grands troupeaux de Kyangs ou ânes sauvages du Tibet.
 
Jour 10: Trek entre Nuruchan et Rajunkaru (4900m). 5/6h de marche [+360m / -140m]
Nous entamons notre première journée de ce long trek en montant un vallon en pentes douces vers le col de Horlam à 4900 mètres. Nous redescendons jusqu’à la rivière que nous suivons jusqu’à l’arrivée à Rajunkaru. Nous maintenons un rythme tranquille pour cette première journée de marche. Souper et nuit au camp.
 
Jour 11: De Rajunkaru à Gyama (4900m) - 5/6 de marche [+670m / 470m]
Ce matin, nous remontons la vallée pour parvenir au passage du Kyamayuri La à 5400m, notre premier col au-delà de 5000 mètres avec une montée progressive et une courte approche finale plus raide. Descente dans la vallée pour atteindre notre camp situé à 4900 mètres. Dîner et nuit au camp.
 
Jour 12: De Gyama jusqu’au village de Korzok (4500m). 5/6h de marche [+295m / -820m]
Nous poursuivons notre marche en direction du lac Tso Moriri. Montée en direction du col Yalung Nyau d’où enfin une partie de ce lac immense se dévoile, gigantesque, donnant la mesure du trek qui nous attend ! Nous traversons quelques fois la rivière. En descendant nous passons à Korzok Phu, ‘phu’ désigne l’eau, soit les points d’eau où sources, qui approvisionnent le village en dessous. Endroit enchanteur dans les pâturages, souvent fréquentés par les nomades et leurs troupeaux de yacks. Nous atteignons le village de Korzok dont le camp n’est guère attirant… Peu importe, le village et le panorama au soleil couchant valent le déplacement. Souper et nuit au camp.
 
Jour 13: Korzok Pho – Korzok (4553 m). 1/2h de marche
Cette journée pourra être celle de la réception du ravitaillement pour la suite du trek. Petite randonnée le long de la rivière et visite de monastère et du village. Souper et nuit au camp.


Jour 14: Village de Korzok et début du trek le long du lac Tsomoriri (4500 m). 6/7h de marche [+295m / -820m]
Notre équipe de muletiers se charge de répartir notre matériel sur les dos des mules. Vers 8h00, il est temps de prendre le chemin du trek, et de quitter par là même le peu de civilisation présente à Korzok ! Une journée assez longue nous attend en effet aujourd’hui, sur les rives du lac Tsomoriri. Dénivelé quasi nul, mais distance importante, une vingtaine de kilomètres environ. L’univers est dominé par l’immense lac Tsomoriri. Tantôt sur ses rives, tantôt un peu plus haut, cette première journée de marche nous plonge dans la grandeur des hauts plateaux du Rupshu. La monotonie parfois possible est très vite rompue par les rencontres avec les caravanes de nomades remontant vers Korzok. Avec tous leurs biens, les nomades Changpas voyagent à pied ou montés sur leurs bêtes, accompagnés de leurs yacks, de leurs chèvres, de tout leur matériel, en famille et entre amis. Un moment rare, qui se perd au fil des années dans l’Himalaya, et que nous aurons sans doute le privilège de vivre ici. Le camp de ce soir se trouve à la même altitude que celui de la veille, et notre acclimatation commence à porter ses fruits. Nous installons le camp à Kyangdam, sur les rives Sud du lac Tsomoriri. Souper et nuit au camp.
 
Jour 15: De Kyandam à Norbu Sumdo (4600 m). 5/6h de marche [+295m / -820m]
La rive Est du lac Tsomoriri est formée par un large delta. Il est possible que nous devions aujourd’hui franchir un gué en sandales, mais il sera petit pour commencer… Quelques nomades campent encore dans les environs, et l’univers se fait petit à petit plus minéral. C’est au fond de cette vallée que l’on a de bonnes chances de croiser les Kyangs, les ânes sauvages qui peuplent le haut plateau tibétain. Après le pique-nique, nous quittons cette vallée pour repartir vers le Sud, en rencontrant la longue vallée de la Parang Chu. Nous n’allons plus rencontrer personne jusqu’au fameux Parang La… dans plus d’une semaine !
La première difficulté se présente très vite, puisque nous devons traverser la rivière Parang à gué. Un gué assez important, mais qui ne pose aucune difficulté. Les guides seront là pour vous aider à traverser cette rivière assez large, donc avec un courant faible. La marche se déroule cet après-midi sur un sentier longeant la rivière, donc relativement plat. Nous atteignons le camp de Norbu Sumdo, à 4600 m. d’altitude, en cours d’après-midi. Installation du camp et nuit sur place. La fin d’après-midi peut être l’occasion d’une ascension à 5000 à proximité du camp.
 
Jour 16: De Norbu Sumdo à Gepta Butzak (4650 m). 5/6 h de marche environ [+560m / -450m]
Notre sentier se poursuit le long de la rivière de la Parang chu. Pas de gué en matinée, et nous évoluons à présent dans des paysages lunaires. Le sentier est évident et bien marqué. Quelques sommets glaciaires se laissent apercevoir vers le Sud, dans notre direction.
 
Àpartir d'aujourd'hui, il est probable que nous ne croisions plus aucun Ladakhi. Même les nomades n'empruntent que très rarement le Parang La, en raison de son altitude élevée et de sa relative difficulté. Après 5 heures de marche, il nous faut retraverser un bras de la rivière à gué, avant d’atteindre le campement, à une heure de là. Le paysage est toujours lunaire, marqué par de nombreuses cheminées de fée dues à la forte érosion et au vent. À notre arrivée au camp, il reste du temps pour partir explorer le plateau suspendu au-dessus du camp… une magnifique balade ! Souper et nuit au camp.
 
Jour 17: De Gepta Butzak à Thorang Yokma (4850 m). 5 à 6h de marche [+370m / -280m]
Nouveau départ vers le Sud. Aujourd’hui le sentier est plus varié. Après avoir longé la rivière comme les jours précédents, il remonte sur des moraines successives en s’élevant au-dessus de la rivière. La vallée s’ouvre ensuite, subitement énorme, révélant des sommets glaciaires dépassant les 6000 mètres. Paradoxalement, la végétation a colonisé le fond de cette immense vallée, alors même que nous approchons des 5000 mètres. Plateaux, moraines, fond de vallée, cette journée est très riche en paysages et en ambiances. Sept heures environ après avoir quitté notre camp de Parung Palak, nous arrivons à Thorang Yokma, une vaste plaine qui s’étire sur la rive droite de la rivière. Un merveilleux endroit pour poser le camp ! Ceux qui le souhaitent peuvent gravir un sommet à 5000 m. à proximité du camp en fin d’après-midi. Souper et nuit au camp.
 
 Jour 18: Journée de repos ou de sécurité Thorang Yokma
Aujourd’hui, nous profitons du charme des lieux pour nous reposer ou encore marcher dans les environs. Cette journée pourra aussi être utilisée pour combler un retard imprévu, lié aux conditions météo par exemple.
 
Jour 19: Thorang Yokma - Pied du Parang La (5200 m). 5/6 h de marche [+360m / -70m]
Nous repartons plein Sud, direction le Spiti, après un nouveau gué. Nous évoluons à présent en rive gauche de la rivière, la vallée se resserre, et le sentier s’élève vers le Parang La. Le fameux col n’est plus très loin ! Nous posons notre campement au pied du Parang La, à 5200 m environ. Demain, nous changerons d’univers… Souper et nuit au camp.
 
Jour 20: Pied du Parang La - Sommet du Parang La (5600 m) - Thak Tag (4800 m). 9/10 h de marche [+1400m / -820m]
Départ matinal (entre 3 et 4h00 du matin). Ascension du Parang La (5600 m). Depuis le camp, compter  4 heures d’ascension pour atteindre ce col mythique dans tout l’Himalaya. La première partie de l’ascension se déroule (pour ne pas changer…) dans des pierriers, à flanc de moraine. Nous prenons ensuite pied sur la relique glaciaire recouverte de neige  où la pente s’adoucit peu à peu jusqu’au col. Notre longue acclimatation depuis près de deux semaines nous permet d’aborder ce col dans d’excellentes conditions. La difficulté est en revanche réelle pour nos mules, car la neige se transforme rapidement, devenant peu à peu source d’accidents pour les bêtes qui s’enfoncent.
Les traditionnels drapeaux à prière marquent le col. La vue s’ouvre alors vers le Sud, avec des sommets à perte de vue. Au loin, on devine le Spiti qui nous tend les bras. La descente est raide pour rejoindre le fond de la vallée, tantôt sur sentier tantôt sur des névés. Le fond de la vallée est incroyablement resserré, fait de gorges magnifiques qui ne sont pas sans rappeler le Moyen-Orient. Mais cette longue journée n’est pas terminée ! Une montée raide, de plus d’une heure, nous attend encore pour atteindre le campement de Thak Tag, sur un plateau perché à 4800 m. Nous venons de quitter le Ladakh pour entrer au Spiti, situé au nord-est de l’Etat d’Himachal Pradesh. Dernière nuit en tente.
 
Jour  21: Thak Tag - Kibber (4200 m). 4/5 h de marche [+420m / -860m]
Aujourd’hui marque le dernier jour du trek. Depuis le plateau de Thak Tag, le sentier file en descente vers le Spiti. Nous voilà dans des gorges fleuries, il fait bon, la végétation reprend ses droits. L’euphorie nous gagne à mesure que l’on approche de Kibber, le village qui marque la fin de notre longue marche. Une dernière montée, aussi courte que raide, et nous découvrons les premiers champs d’orge au bord du chemin. Et puis d’un coup, voilà les premières maisons, d’aspect franchement tibétain. 
Nous arrivons à Kibber. Le village est petit, beau, accueillant, lové dans une combe au-dessus de la vallée où coule la rivière Spiti. Nous nous installons pour la nuit dans l’une des guesthouses situées à l’entrée du village. Si elles sont toutes complètes, nous montons le camp à proximité immédiate du village. Fin de la journée libre pour flâner dans le village, faire une petite lessive ou encore siester sur la terrasse, au soleil… Notre cuisinier nous prépare un dernier souper que nous partageons à la guesthouse, en guise d’adieux avec l’équipe des muletiers et du cuisinier. Demain nous irons à Kaza, et eux rentreront chez eux ! Kibber est l’un des plus hauts villages au monde, à 4200 m. – 600 m et + 200 m de dénivelé
 
Jour 22:  Kibber – Marche jusqu’au monastère de Ki Gompa – Route pour Kaza (3600 m)
Ce matin, nous quittons nos muletiers et notre cuisinier. Les jeeps sont arrivées de Manali pour venir nous chercher et nous ramener à Manali. Mais nous ferons suffisamment de véhicule pour rejoindre Manali, et nous pouvons donc retarder l’échéance !
En effet, une superbe marche depuis Kibber permet de rejoindre la falaise surplombant le monastère de Ki gompa, et le monastère lui-même. Nos bagages repartent donc en véhicule, et nous partons à pied. Compter 2 à 3 heures de marche sur le plateau, au milieu des champs d’orge et des troupeaux des Spitians, pour atteindre la falaise. Depuis cette falaise la vue est imprenable. Sur la vallée du Spiti en contrebas tout d’abord, mais surtout sur le monastère de Ki, perché sur son éperon rocheux. Les vautours nichant à proximité effectuent souvent des vols impressionnants au-dessus de nos têtes. La magie du trek se poursuit donc aujourd’hui encore avec cette marche très peu fréquentée.
Depuis la falaise, nous descendons à pied jusqu’au monastère de Ki, que nous visitons. Ce magnifique monastère est l’un des plus anciens de tout le Spiti, et abrite des fresques de soie venues du Tibet il y a plus de 800 ans. Nos véhicules nous y attendent, pour nous emmener ensuite à Kaza, à 1 petite heure de route. Après-midi libre à Kaza. Nuit à l’hôtel pour une douche chaude bien méritée !
  
Jour 23: Route de Kaza à Manali (2000 m)
Une longue journée de route nous attend ! Nous allons terminer notre traversée du Nord au Sud de cette partie de l’Himalaya en rejoignant aujourd’hui l’Himachal Pradesh et la ville de Manali. Au départ de Kaza, la piste quitte la vallée du Spiti par le Nord. Au bout de deux grosses heures de route, nous arrivons au pied du Kunzum La, le col qui nous fera quitter le Spiti. La route est longue jusqu’au col, et bien sûr magnifique. Au col, nous pouvons prendre le temps d’une balade à pied (profitons d’être bien acclimatés !) jusqu’à un point panoramique.
Nous redescendons ensuite, toujours par la piste, dans la région du Lahaul. Cette partie est superbe, le paysage devenant plus alpin. C’est ici que l’on retrouve les prairies et les glaciers suspendus. Nous attaquons alors un autre col, le Rothang Pass (3900 m), qui nous permet de basculer enfin dans la luxuriante vallée de Kullu. Nous arrivons à Manali en début de soirée ou fin d’après-midi, et allons-nous installer dans le vieux Manali, au calme.
 
Jour 24: Manali (2000 m) - Journée libre
Journée libre à Manali. Cette ville commerçante est placée au cœur de l’Himachal Pradesh, dans un site naturel de toute beauté. Depuis le vieux Manali où nous logeons, la descente en ville est une agréable balade. Le centre-ville abrite un marché sympa derrière la station de bus, et vous pourrez vous connecter facilement à Internet et faire vos derniers achats. Dans les environs, de jolis villages sont plantés dans des paysages de type alpin, avec de grandes forêts de conifères. Les villages de Vashisht, Jagatsukh et Naggar méritent une visite d’une journée. Deuxième nuit sur les hauteurs de Manali.
(exceptionnellement bus de nuit vers Delhi le soir du jour 24).
 
Jour 25: route vers Delhi – Aéroport
Longue journée de route vers Delhi. Arrivée en bus à Delhi en soirée. Puis transfert à l'aéroport : vol retour vers Montréal prévu dans la nuit généralement. (Mais selon les horaires de vol, nuit possible à Delhi le jour 25 et vol retour le jour 26 au matin).

Jour 26: Arrivée au Québec
Arrivée à Montréal en matinée, horaire variable selon les compagnies.
 
(attention au poids de votre bagage en soute : maximum 15kg demandé par les compagnies des vols intérieurs)

Nos prix comprennent

  • L’encadrement par un guide de montagne ladakhi ou zanskari.
  • L’encadrement par un guide Karavaniers francophone.
  • Le permis spécial pour pénétrer au Spiti.
  • L’assistance d’une équipe de muletiers, de leurs mules et d’un cuisinier pour le trek.
  • Les transports terrestres prévus au programme.
  • L'hébergement tel que prévu dans le programme. 
  • Les visites prévues au programme (sauf indication contraire).
  • Le matériel commun lorsque nécessaire.
  • La compensation d'émission de gaz à effet de serre.
  • Votre participation ‘’1% pour la planète’’. En voyageant avec Karavaniers, vous venez d’encourager de nombreux projets environnementaux en supportant cet organisme. 1% pour la planète est un mouvement mondial composé de plus de 1 300 entreprises membres qui ont choisi, comme Karavaniers, de donner 1 % de leur chiffre d'affaires à des associations de préservation de l'environnement.

Nos prix ne comprennent pas

  • Les billets d'avion internationaux (prix environ entre 2100-2800$ cad, Karavaniers n'est pas responsable des fluctuations tarifaires)
  • Le billet d'avion du vol intérieur (prix environ entre 250-300$ cad, Karavaniers n'est pas responsable des fluctuations tarifaires)
  • Les pourboires (prévoir environ 180$US pour l'équipe locale, et en moyenne 8$ à12$CAD par jour pour votre guide Karavaniers) 
  • Les frais de visa.
  • Tous les frais résultants de cas de force majeure ne peuvent pas être imputables à l'agence Karavaniers (conditions météorologiques défavorables, problème géopolitique...).
  • Les boissons et dépenses personnelles.
  • L'équipement personnel (se référer à la liste d'équipement).
  • Les transferts aéroport - hôtel - aéroport si vous ne voyagez pas aux mêmes dates et heures que le groupe.
  • Frais de dossier de 50$ (+taxes) par personne, par voyage.
  • Le Fonds d'indemnisation de l'Office de la protection du consommateur, 0,35% des prestations terrestres et aériennes. Pour rappel :  il complète la protection que vous offre une assurance voyage, en vous permettant d’être remboursé ou indemnisé si vous ne recevez pas les services touristiques que vous avez payés. Vous en bénéficiez automatiquement lorsque vous achetez la prestation d’une agence de voyages, titulaire d’un permis de l’Office.
  • TPS et la TVQ quand applicables (voyage au Canada seulement).
  • Les assurances.
  • Les vaccins (à vérifier auprès d'une Clinique du Voyageur).
  • Les frais de visas lorsque requis dans le pays visité.
  • Toute dépense extraordinaire non prévue au programme.

Réservation des billets d'avions

Le billet d'avion n'est pas inclus dans le prix. Les propositions de vols se font une fois le départ confirmé.

Karavaniers vous offre le service de réservation, selon votre demande et selon les prix de notre fournisseur aérien au moment de la réservation. Nous n'avons pas le contrôle sur la variation des prix des billets.

Acheter vos billets d'avion via Karavaniers permet de bénéficier de la protection de l’OPC, de soutien en cas d’annulation ou de retard de vols, et d’un suivi des dossiers en cas de réclamation auprès des compagnies.

Si vous souhaitez prendre les vols de votre côté, il sera important de les faire correspondre avec notre itinéraire pour faciliter les transferts aéroport – hôtel - aéroport. Toute arrivée ou départ à des horaires différents de ceux du groupe seraient potentiellement à votre charge. Contactez-nous pour cela.

Karavaniers vous propose une assurance efficace!

Veuillez vérifier que vous êtes bien couvert par vos assurances à propos des aspects ci-dessous :

• Soins médicaux d’urgence et rapatriement incluant le sauvetage en hélicoptère et également pour la Covid-19 ainsi que la mise en quarantaine,
• Annulation et interruption de séjour qui permet aussi d’annuler en cas de COVID-19,
• Bagages,
• Accident de voyage.

Il faut penser à acheter ses assurances annulation et interruption le même jour de votre réservation-paiement du dépôt pour vous assurer d’être couvert.       

Si vous avez besoin d'une couverture, contactez-nous à ce sujet !

Information pratique pour un voyage en Inde

Climat :
Le Ladakh connaît seulement deux saisons : une saison estivale et une saison hivernale.
L’hiver est très long puisqu’il commence dès octobre et s’achève en mai. Les températures peuvent descendre jusqu’à - 30°C en vallée, avec des chutes de neige en montagne mais généralement peu en vallée.
L’été est court puisqu’il est concentré sur juillet et août, et le climat est très sec et aride car la chaîne himalayenne située au Sud bloque les nuages de mousson. En vallée, les températures estivales peuvent monter jusqu’à 35°C/40°C la journée et descendre à 10°C la nuit.
 
Hébergement :
Hôtel confortable de charme de style ladakhi à Leh.
En trek, le campement est composé d'une tente-repas, d'une tente-cuisine et d'une tente-toilette. La chose est assez confortable. 
 
L'équipement Klamping que l'on vous propose:
- De grandes tentes (des tentes 3 personnes où vous êtes 2)
- Matelas épais et confortable
- Un petit oreiller
- Une douche avec eau chaude (tente aménagée avec un dispositif à pression dans lequel on verse de l’eau chaude qui s’écoule par une pomme de type téléphone)
 
Nourriture :
Le plus court chemin pour sonder le cœur d’une culture, si complexe soit-elle, consiste sans doute à partir à la découverte de sa cuisine. Pour vous permettre de découvrir le mode de vie du pays, nous vous faisons systématiquement goûter la cuisine locale, qui, même aménagée pour nos papilles occidentales, peut parfois surprendre ! La cuisine indienne et ladakhie seront agrémentées de plats occidentaux.
 
Si la cuisine indienne produit une quantité de plats différents rarement égalée, les céréales, que ce soit le riz dans l’Inde du Sud, ou le blé (sous forme de roti, pains plats et ronds) en Inde du nord, constituent la base de tout repas. Invariablement accompagnées de dhal (purée de lentilles) et de sabzi (légumes), elles sont, selon les circonstances, agrémentées de viande ou de poisson. Au-delà de ces denrées fondamentales, les combinaisons sont infinies.
Au Ladakh la farine cuite d’orge, la Tsampa, est la base de l’alimentation. Elle est mélangée au thé au beurre, à la soupe, au petit-lait, au chang, au yaourt, au fromage frais ! Le blé se consomme en fines galettes qui rappellent les chapatis indiens. Il sert aussi à confectionner des pâtes fraîches. Beaucoup d’aliments importés du Kashmir et d’Himachal Pradesh entrent petit à petit dans les mœurs, et notamment le riz et le sucre.
 
Encadrement :
Nous travaillons sur ce voyage avec une équipe ladakhie de Leh fidèle. Le trek débute bien au Ladakh et se termine en Himachal Pradesh, ce qui implique une logistique assez compliquée. Nos groupes partent donc avec une équipe mixte himachali-ladakhi et nous profitons de leur savoir faire dans ces deux régions différentes. L’équipe de muletiers vient le plus souvent de la région au Nord de Manali, car c’est là que l’on trouve les bêtes les plus performantes.
 
Sur cet itinéraire, nous avons besoin d’un bon muletier et de bêtes en forme, c’est un point important. Quant au cuisinier, il est le plus souvent népalais, car les Népalais sont réputés à raison comme étant les meilleurs « cooks » de l’Himalaya ; c’est bien connu !
 
Le guide local ladakhi est assisté par un accompagnateur francophone expérimenté dont l’expérience et la connaissance du terrain sont le gage d’un voyage réussi.
 
Transport : privé.
 
Bon à savoir :
Pourboires :
Libre à chacun de participer ou non, mais l’expérience montre que le budget à prévoir est de l’ordre de 150 $ par participant (gardez des petites coupures, en dollars US). Ceci ne constitue naturellement qu’un simple repère. Chacun est libre d’agir à sa guise.  Dans les restaurants, les hôtels ou les Guest Houses (auberges), les pourboires tendent à se généraliser, et sont d’environ 10% du montant à payer.
 
Permis et formalités
Karavaniers remplit toutes les formalités et prend entièrement en charge les permis de trekking ainsi que l'entrée dans les parcs nationaux. En revanche, l’obtention du visa est de votre ressort (voir ci-dessous).

Sécurité
La sécurité est notre objectif majeur, quels que soient la région, le terrain et le niveau de difficulté de votre voyage. C’est pourquoi nous emportons sur ce voyage un caisson hyperbare, dont le guide aura la responsabilité. L’itinéraire a été conçu de manière à limiter à leur minimum les risques liés à l’altitude, et l’encadrement volontairement renforcé étant donné le relatif isolement de cette région.
 

Dates et prix Au départ de Leh

Dates des voyages

  • Du 29 Juin 2024 au 24 Juillet 2024 (26 jours) - 5 800.00$ / Personne

Supplément petit groupe

Si groupe composé seulement de 5 à 6 participants : +400$ / personne

Télécharger le carnet
complet de ce voyage

En téléchargeant nos carnets de voyage, vous pouvez ainsi les lire tranquillement et découvrir tout ce qu’il faut savoir sur votre destination :

  • Votre itinéraire détaillé jour après jour
  • Les prix détaillés
  • Les modalités de réservation
  • Les formalités
  • Toutes les informations pratiques...

Votre contact
spécialiste

Alex Choquette

Surprenant Alexandre! Derrière son calme et sa sympathie naturelle, se cache une détermination jusqu'au-boutiste : travailler d'arrache-pied pour atteindre un objectif... et...

Lire la suite

Contactez-nous pour planifier votre voyage ou pour plus d’informations

L’infolettre des karavaniers

Haut