Ivan Suarez

Guide - Équateur

Un équatorien qui parle français avec un léger accent de Chicoutimi, ça a de quoi surprendre ! Et si ce n’était que ça! Ivan est notre cœur et notre tête en Équateur depuis plus d’une dizaine d’années et ô combien de guides «Karavaniers» sont revenus au pays complètement subjugués par son travail et sa passion pour son pays! Dire qu’il est fortement attaché à sa terre natale est un euphémisme! Impliqué socialement (tant et si bien que nous ne serions pas surpris qu’il devienne un jour président!), ardent défenseur de l’environnement, passionné d’ornithologie, Ivan connaît les moindres recoins de l’Équateur... du nom latin d’une orchidée d’altitude à la route à suivre jusqu’au sommet d’un volcan de 5000m! Il est le premier de notre famille élargie (nos collaborateurs locaux) à qui nous avons osé confier, il y a quelques années déjà, des groupes sans guide «Karavaniers»… et personne, autre que lui, n’aurait mieux fait pour nous convaincre du bien fondé de cette formule. Drôle et rieur, imbibé d’une certaine folie, sa passion est contagieuse et définit chacun de nos voyages dans ce petit joyau andin qu’est l’Équateur.
  • Eric T.

    - Chimborazo et Cayambe : au-delà des 6000 mètres! Janvier 2018

    Notre guide Yvan a été tout simplement fantastique. Il connaît tout de son pays ( botanique, ornithologie, politique, etc.) qu’il aime profondément. Il a été en mesure de nous transmettre toute cette passion qui l’habite et il a fait en sorte de nous faire adorer l’Équateur et de nous inciter à y retourner. Vous pouvez donc changer le texte sur le site des Karavaniers par ... Yvan Suarez, le meilleur guide de l’Équateur...
     
    Merci encore pour toute l’organisation de ce voyage qui a été unique, fort enrichissant et mémorable.

  • Michel-L. C.

    - Volcan Cotopaxi - Sur les pas des Andinistes, janvier 2018

    Yvan est le guide le plus attentionné que j’ai connu. Il a été à l’écoute de tous et chacun du groupe. J’ajouterais qu’Yvan a su nous transmettre l’amour de son pays et de la culture indigène. Il a généreusement partagé ses connaissances de la riche nature de l’Équateur. 
     
    Le 21 mars est maintenant mon jour de l’An et je bois désormais mon café noir!
     
    Merci aux Karavaniers de nous avoir fait connaître cet homme.

L'infolettre des karavaniers

Haut