Mushuau Nipi : Trek au pays de la terre sans arbre

Rouler une quinzaine d'heures en train, voler en hydravion au-dessus d’innombrables lacs puis marcher six jours. C'est ce qu'il faudra pour rejoindre l'un des foyers culturels de la nation Innue, le Mushuau Nipi, ou " pays sans arbre". Au nord du 56e parallèle, un esker rocheux s’avance dans un rétrécissement de la rivière George pour former une passe migratoire avantageuse pour les caribous. Sur ce site d’importance historique, un campement traditionnel est monté encore aujourd'hui chaque fin d’été, pour favoriser la transmission du savoir traditionnel. Pour le rejoindre, nous marcherons six jours depuis l’embouchure de la rivière aux Indiens plus au nord, passant d’une rive à l’autre de la George, imposante, et campant sur ses rives. Il y aura des collines à grimper, des crêtes à longer et plusieurs traverses à gué. Il y aura aussi les petits fruits à profusion, la toundra dans toute son immensité et la danse nocturne des aurores. Une fois le camp atteint, nous y resterons quelques jours, pour plonger dans l’histoire et la culture Innu et Naskapi, se mêler un peu de politique sans doute, et de pêche aussi. Il y aura de l’archéologie, et peut-être quelques observations d’ours ou de caribous. Et il y aura le luxe du temps.
img-article © Marie-Josée Talbot
  • Partager :
Québec: Mushuau Nipi : Trek au pays de la terre sans arbre
  • À partir de
    6500.00$ au départ de Sept-Îles
  • Groupes
    de 7 voyageurs max.
  • Confort
    Confort 03 Rustique
    • Des nuits sous tente sauf celles hors trek où nous privilégions de charmantes auberges.
    • Repas d’expéditions avec cuisinier ou plat lyophilisé.
    • Participation souvent requise pour le montage/démontage et préparation des repas selon la composition de l’équipe.
    • Douches rares en trek.
  • Effort
    Effort 02 Modéré
    • 5 à 6h d’activité par jour.
    • Les dénivelés sont plus respectables.
    • L’altitude peut être un facteur mais peu déterminant.
    • Vous ne portez que votre sac de la journée.
  • Activités
    • Trek & Randonnée
      Trek & Randonnée

Détails du voyage

  • Région :
    Nord du Québec
  • Activités du voyage :
    • Trek & Randonnée
  • Durée de ce voyage :
    • 13 jours
    • de Sept-Îles à Sept-Îles
  • Période :
    • Septembre
  • Tarifs du voyage :
    À partir de 6500$, au départ de Sept-Îles Détails des prix

Dates des voyages Au départ de Sept-Îles

  • Confirmé
    Du 05 Septembre 2022 au 17 Septembre 2022
Les points forts de ce trek dans le Nord du Québec - Grands Espaces

La découverte et le partage de la culture Innue sur leur territoire

  • Six jours de trek au nord du 56e parallèle aux abords de la rivière George
  • Que le sac de jour à porter ! Les bagages sont déplacés d’un camp à l’autre  par Zodiac  
  • Partage des pratiques traditionnelles : cueillette, pêche et fumaison, discussion animée, histoire et archéologie
  • Observations de la faune (ours noir, caribous), d’aurores boréales, et de la présence ancienne des chasseurs nomades
  • Le trajet en train au travers du territoire de chasse traditionnel des Innus, longeant notamment la rivière Moisie
L'esprit d'un trek aux abords de la rivière George jusqu'au Mushuau Nipi - Grands Espaces

L'esprit d'un trek aux abords de la rivière George jusqu'au Mushuau Nipi

Il faudra rouler une quinzaine d'heures en train, voler en hydravion au-dessus d’innombrables lacs et marcher six jours pour rejoindre l'un des foyers culturels de la nation Innue, le Mushuau Nipi, le "pays sans arbre". Au nord du 56e parallèle, un esker rocheux s’avance dans un rétrécissement de la rivière George pour former une passe migratoire avantageuse pour les caribous. Sur ce site d’importance historique, un campement traditionnel est monté encore aujourd'hui chaque fin d’été, pour favoriser la transmission du savoir traditionnel.
 
Pour le rejoindre, nous marcherons six jours depuis l’embouchure de la rivière aux Indiens plus au nord, passant d’une rive à l’autre de l’imposante rivière George, et campant sur ses rives. Il y aura des collines à grimper, des crêtes à longer et plusieurs traverses à gué. Il y aura aussi les petits fruits à profusion, des vestiges archéologiques à respecter, la danse nocturne des aurores et la toundra dans toute son immensité. Là-haut tout au nord, il n’y aura pas de sentiers balisés, sauf ceux laissés par la harde migratoire de caribou. Suivant leurs traces, nous marcherons le pas (et la sac à dos) léger sur ce territoire ancestral. Une embarcation à moteur transportera nos affaires d’un site de campement à l’autre.
 
Une fois le camp du Mushuau Nipi atteint, nous y resterons quelques jours, pour plonger dans l’histoire et la culture Innu et Naskapi, se mêler un peu de politique sans doute, et de pêche aussi. Il y aura de l’Histoire et des histoires, et peut-être quelques observations d’ours ou de caribous. Et surtout, il y aura le luxe du temps.

Un mot sur notre partenaire : la corporation du Mushuau-Nipi

Prenant conscience que le site du Mushuau Nipi est particulièrement propice à inspirer la réflexion et la sincérité, et apparaît comme un lieu de concertation véritable entre les individus et les Nations, tant autochtones que non autochtones, la corporation du Mushuau Nipi s’est formée dans un objectif social et d’ouverture. Elle fut l’instigatrice des Séminaires nordiques autochtones, qui sont depuis 2005 un rendez-vous annuel de discussion d’enjeux contemporains. Ces séminaires au fil des ans ont su gagner la confiance d’organisations prestigieuses telles que la Commission canadienne pour l’UNESCO, l’Institut du Nouveau Monde et la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.

Au fil des ans, il est aussi apparu évident que les moments passés par les jeunes Innus au Mushuau-Nipi étaient significatifs, voire déterminants, dans leur parcours personnel. En effet, pour certains, leur séjour était la première prise de contact réelle avec leur territoire, avec leur identité qui se dévoilait naturellement, au contact du lieu. Chaque groupe de 6 participants à un séjour permet à un jeune autochtone de faire un séjour au campement l’année suivante.

Niveau de ce voyage : 2

Nous marcherons 6 jours en trek dans la toundra, hors sentier, depuis l’embouchure de la rivière aux Indiens au nord,  jusqu’à Wedge Point et le camp du Mushuau Nipi, au sud. Une embarcation à moteur conduite par un membre de l’équipe du Mushuau Nipi assure le transport des bagages et de l’équipement d’un campement à l’autre. Vous ne portez que votre sac de jour.
 
Si les dénivelés sont modérés, le terrain, lui, nous réserve quelques surprises et difficultés : rochers mouillés parfois glissants, traverses à gué de ruisseaux ou rivières, tourbières à contourner, végétation dense à franchir par endroits, surtout aux abords de la rivière, à l’approche et au départ des campements. Aussi, ce trek se déroule en territoire sauvage et isolé, il importe d’avoir l’esprit ouvert à l’aventure. Nous visons 5 à 6h de marche par jour.
 
La participation de chacun aux différentes tâches de campement (monter les tentes, faire la corvée de bois pour le feu, etc) est essentielle au bon déroulement de l’expédition. Et si le beau temps persiste, alors nous n’en profiterons que plus et mieux, allant faire de courtes balades en fin de journée sur les collines autour du campement, et peut-être mettre nos lignes à l’eau.

Le confort est plus aléatoire, vous dormez dans des tentes et surtout l'isolement est absolu. La météo peut être changeante, les conditions seront automnales, donc jamais très chaudes, mais il ne devrait pas y avoir de neige... Ou alors nous verrons les premiers flocons de la saison. Une fois au camp du Mushuau Nipi, nous dormirons sur nos matelas, dans un shaputuan muni d'un petit poêle à bois. Le grand shaputuan commun est spacieux et confortable: muni de tables, chaises, d'un poêle à bois, nous y prendrons les repas, qui s'allongent parfois au gré des conversations.
 
La découverte de la culture innue est riche, mais peut-être dépaysante : ouverture d'esprit et curiosité requises.

Intention d'itinéraire de trek à la rivière George et au Mushuau Nipi

Un itinéraire n'est jamais quelque chose de fixe. Il peut être modifié, s'adapter (un avion qui ne décolle pas, une cérémonie imprévue à laquelle nous sommes conviés, une vallée qu'on ne connaissait pas et qu'on se propose de découvrir)... Et alors, très vite, l'itinéraire prévu passe au second plan. Le guide s’assure que vous passiez la plus belle des expériences possibles, faites-lui confiance.

La veille du départ - Comme le train quitte très tôt la gare de Sept-Îles le jour du départ (jour 1), vous devez prévoir arriver la veille à Sept-Îles, et y loger (hébergement non-inclus). Le guide vous proposera sûrement à tout le groupe une petite rencontre autour d’une bière en fin de journée, question de se rencontrer et de voir aux derniers préparatifs en vue du lendemain matin.
 
Jour 1: Train de Sept-Îles à Schefferville – lâcher prise... sur le temps!
Tôt le matin, rencontre avec votre guide et le groupe à la gare de Sept-Îles. Enregistrement des bagages et départ en train vers le nord, et la communauté de Schefferville. La voie longe d’abord la tumultueuse rivière Moisie, avant de pénétrer le territoire. Au fil des heures qui passent, des familles descendent ou montent à bord, rejoignant pour certains leurs camps de pêche et de chasse, pour d’autres, c’est le retour à leur communauté tout au nord. Nous passerons tout près de la frontière avec le Labrador notamment, parions que rendu ici, vous aurez déjà une version un peu différente de la notion du temps. Des pygargues et balbuzards nous jaugent depuis la cime des arbres, un ours n’est jamais si loin non plus. Repas à bord, lecture, conversations. Arrivée à Schefferville en soirée, voire en début de nuit. Court transfert vers notre hébergement, à la base d’hydravion. Nuit en pourvoirie simple mais confortable.  

Jour 2: Vol en hydravion vers la jonction de la rivière aux Indiens – rivière Georges
Derniers préparatifs et rendez-vous à la base d’hydravion de Norpaq pour rencontrer l’équipe qui assurera notre dépose sur la rivière, et le début de l’expédition. Le Otter à turbine survole la communauté Naskapi de Kawawachikamach, des dizaines de lacs étendus puis la taïga.  Plus au nord, nous devinons enfin la vallée de la George que nous survolons un moment.

Une fois l’hydravion posé, transport de l’équipement sur la rive Est de la rivière, où nous amorcerons le trek. Montage du campement, et lunch. Nous sommes à l’extrémité nord de ce que les innus appellent le lac à la Hutte Sauvage, un élargissement naturel de la rivière George de 104 km, au centre duquel est situé le campement principal du Mushuau Nipi, que nous rejoindrons dans 6 jours. Un parcours qui promet un fort sentiment d’isolement, des panoramas typiques du nord, et la curiosité de croiser des lieux historiques d’importance.

En après-midi, si le temps le permet, nous irons explorer les alentours, le site recélant des vestiges attestant de la fréquentation du secteur par les Innus. Nous longerons un moment la rivière pour bien sentir la puissance des rapides qui dévalent la rivière sur plus de 6km. Retour au campement en fin de journée, nuit sous tente. 

Jours 3 à 8: Trek hors sentier sur la rive Ouest de la rivière George – des Highs Cliffs à Wedge Point
Après une première nuit à l’embouchure de la rivière aux Indiens, nous montons à bord du Zodiac avec tous les bagages, pour traverser sur la rive ouest de la George. Après une heure sur l’eau, le Zodiac nous dépose avant de poursuivre sa route, nous le retrouverons ce soir. La progression aujourd’hui nous rapproche du secteur de High Cliffs, une section plus encaissée de la rivière, où nous montons notre deuxième camp, pour une ou deux nuits.
Toujours hors sentier, nous parcourrons une moyenne de 10-12km chaque jour. Le relief est peu important, mais le terrain comporte certains défis. Sur les buttes et crêtes, la progression sur les dalles et la mousse sera plus facile, mais dans les petites dépressions, la végétation peut se faire plus haute et plus dense. Il y aura aussi plusieurs traverses à gué de rivières à effectuer et l’eau n’est pas particulièrement chaude à ces latitudes! Mais c’est bien dans ces territoires non aménagés et sauvages qu’on se défini et qu’on redéfini un peu la notion de liberté... et de nordicité.
 
Comme les bagages et l’équipement de campement sont transportés par Zodiac, nos campements seront montés en bord de rivière toujours, et souvent, les lieux seront propices à une courte baignade, et un peu de pêche dans les affluents de la George. Le soir après le souper, les plus tenaces devraient surveiller le ciel, en quête du fabuleux spectacle des aurores boréales.
 
Le sixième jour de notre randonnée, alors qu’au loin nous voyons apparaître le relief unique de l’esker de Wedge Point, nous voyons apparaître les shaputuan (tentes traditionnelles) du camp et la fumée qui s’en échappe. Accueil au campement et thé avec les gens présents. Installation au shaputuan réservé pour notre groupe avant d’aller prendre connaissance des alentours. Repas au grand shaputuan tous ensemble, nuit sous la tente traditionnelle (chauffée au bois, nos matelas sont posés sur des toiles au sol).

Jour 9: Excursion archéologique – temps libre au camp
L’occupation ancestrale du site du Mushuau-Nipi remonte à plus de 6000 ans. Une randonnée d’une demie journée environ nous sensibilise aux sites de campement anciens et présence d’artéfacts, notamment, la présence d’un shaputuan à 4 feux, très rare au Québec. Autant de témoins d’une occupation passée importante du site. Il est estimé que plus de 100 personnes se sont retrouvées à certains moments sur le site pour les grandes chasses au caribou, en faisant l’un des lieux d’occupation les plus riches et les plus connus des Innus.

Jours 10 à 12 : Vie de campement : pêche et fumaison, randonnées, cueillette, discussion animée
Eskers, moraines, lignes de plages d’anciennes mers, blocs erratiques, éboulis de gélifraction, champs de polygonation. Les paysages autour du campement offrent un visuel privilégié sur de nombreux phénomènes géomorphologiques typiques des écosystèmes nordiques, d’autant que peu de végétation recouvre le sol. La plupart de ces paysages sont accessibles en courtes randonnées à partir du campement principal. La journée se terminera par des repas généreux, savoureux, la dégustation de différentes viandes sauvages, poissons et baies trouvées dans les environs du campement, des discussions et échanges animés captivants. Nuits sous le shaputuan.

Jour 12 : Vol en hydravion de retour vers Schefferville
En fonction de la météo, l’avion se posera plus ou moins tôt sur la rivière pour nous permettre d’embarquer nos bagages, et de monter à bord. Il ne faut jamais sous-estimer les liens qui se tissent en si peu de temps lorsqu’on est en environnement isolé et dans des lieux chargés d’histoire comme ceux du Mushuau Nipi. Les «adieux» sont un peu déchirants, l'hydravion nous offre un dernier coup d'oeil sur l’immensité, les lacs à la centaine, et enfin, les communautés de Kawa et Schefferville. 

La région de Schefferville compte un peu plus de 2000 habitants, la moitié innue et l’autre naskapi, auxquels se mêle une centaine de non-autochtones tout au plus. Ce lieu, pivot de l’industrie minière du Québec, a connu son essor dans les années 60 à 80, initié par le gouvernement de Maurice Duplessis qui y vivra aussi ses dernières heures.
Nuit en pourvoirie ou guesthouse.

Jour 13 : Retour en avion vers Sept-Îles
Cette fois, c’est par les airs que nous regagnons la côte du golfe St-Laurent, et Sept-Îles. Fin du séjour.
 

Dates et prix Au départ de Sept-Îles

Dates des voyages

  • Du 05 Septembre 2022 au 17 Septembre 2022 (13 jours) - 6 500.00$ / Personne

Télécharger le carnet
complet de ce voyage

En téléchargeant nos carnets de voyage, vous pouvez ainsi les lire tranquillement et découvrir tout ce qu’il faut savoir sur votre destination :

  • Votre itinéraire détaillé jour après jour
  • Les prix détaillés
  • Les modalités de réservation
  • Les formalités
  • Toutes les informations pratiques...

Votre contact
spécialiste

Marie-Josée Talbot

Cette année, j’aurais aimé guider quelque chose de nouveau pour moi… le Kangchenjunga?  Marie c'est un peu ça, toujours de la politesse mais avec une affirmation qui ne ment...

Lire la suite

Contactez-nous pour planifier votre voyage ou pour plus d’informations

L’infolettre des karavaniers

Haut